Orange et Sunrise interdits de fusion en Suisse

Orange et Sunrise interdits de fusion en Suisse dans OperateursLa Commission de la concurrence suisse invoque le risque de duopole avec Swisscom. Surpris par cette décision, Orange et TDC examinent leurs options.

Pas de fusion helvète pour Orange. La Commission suisse de la concurrence, la Comco, a interdit hier le mariage entre la filiale locale de France Télécom et le deuxième opérateur mobile du pays, Sunrise, filiale du danois TDC. Motif : la nouvelle entité, pesant virtuellement 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2009, constituerait un duopole dans le mobile avec Swisscom. De ce fait, les tarifs pour les abonnés risqueraient de demeurer bloqués à des niveaux élevés.

Chez France Télécom, on se déclare « surpris » de cette décision. Le groupe peaufine l’opération avec TDC depuis deux ans et demi, « avec apparemment des signaux positifs en provenance de l’autorité de la concurrence », selon la Société Générale. L’opérateur français considère toujours que ce mariage est le seul moyen de tenir tête à un Swisscom tout-puissant. L’opérateur historique détient en effet 62 % du marché suisse du mobile. TDC et France Télécom argumentent qu’ils doivent s’allier -ils avaient prévu 2,1 milliards d’euros de synergies -pour être en mesure de proposer des offres agressives.

Stratégie de consolidation

Mais apparemment, il est plus facile de consolider un marché à cinq acteurs qu’à trois. Le groupe français en a fait l’expérience au Royaume-Uni, où il a annoncé en septembre son union à 50-50 avec T-Mobile. Il a dû faire des concessions, mais son mariage avec la filiale de Deutsche Telekom a finalement été béni par les autorités. « Globalement, notre politique de fusions et d’acquisitions ne va pas changer à cause d’une décision du régulateur en Suisse », a commenté auprès de Reuters Olaf Swantee, directeur exécutif Europe de France Télécom. Dans les pays où le mobile est mature, le groupe poursuit une stratégie de consolidation de ses parts de marché par le rachat de petits concurrents. Le patron du groupe, Stéphane Richard, a d’ailleurs expliqué au début du mois que le paysage des télécoms en Allemagne, en Espagne et en Italie pourrait encore se concentrer.

France Télécom et TDC examinaient encore hier soir les alternatives s’offrant à eux. Un abandon pur et simple ne serait pas dramatique pour l’opérateur français, qui n’a réalisé que 220 millions d’euros sur 16 milliards de résultat opérationnel en Suisse l’an dernier. Sinon, il ne reste plus qu’à faire appel de la décision de la Comco devant le Tribunal administratif fédéral, dans les trente jours.

S. G., Les Echos

0 Réponses à “Orange et Sunrise interdits de fusion en Suisse”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




John Cena |
DownPro |
melanie6415 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clash03
| PINODISCOUNT
| Les journalistes à Mascara