Apple prêt à concurrencer directement les opérateurs télécoms

Apple prêt à concurrencer directement les opérateurs télécoms dans France Telecom apple-macworld-logo 

Le constructeur de l’iPhone a conçu avec le spécialiste des cartes à puce Gemalto une solution pour distribuer un téléphone avec une carte SIM scellée. Il deviendrait une sorte d’opérateur mobile virtuel et vendrait les abonnements

C’est le scénario catastrophe pour les opérateurs. Apple a commencé depuis quelques semaines à présenter sa vision de leur métier à ATT, Verizon, Deutsche Telekom, Telefonica, et en France à Orange, SFR, Bouygues Telecom. Tous ceux qui sont déjà allés à Cupertino pour entendre la bonne parole en ressortent abasourdis. Car dans le monde selon Steve Jobs, les opérateurs ne sont guère plus que des responsables de la maintenance d’un réseau de tuyaux, doublés de banquiers qui pourraient subventionner son téléphone.

Qui plus est, Apple leur explique qu’il est déjà prêt techniquement. Le groupe travaille depuis un certain temps avec le spécialiste français de la carte à puce Gemalto pour gérer lui-même sa propre carte SIM, carrément scellée dans chaque téléphone. Il s’agirait d’un premier pas vers la « soft SIM » qui n’a pas encore vu le jour, c’est-à-dire une carte SIM entièrement logicielle, non matérialisée dans un circuit imprimé spécifique. Celle d’Apple serait embarquée dans une puce comportant également de la mémoire flash pour activer le téléphone sur le réseau de l’opérateur, et une partie ROM stockant les informations liées à la sécurité et à la connectivité. Gemalto, qui travaille avec les opérateurs de longue date et réalise la micro-SIM qui permet à la tablette d’Apple de communiquer, a mis à profit cette expérience du métier d’opérateur… au profit d’Apple. Le groupe français met à sa disposition une plateforme qui s’interface avec les services de « provisioning » des opérateurs : les fonctions « vitales » consistant à créer un profil d’utilisateur, à le relier à un numéro de client, et à y attacher un service. C’est ainsi qu’Apple aura la mainmise sur des informations telles que le type de forfait, le relevé des communications, etc.

Dans ce système Apple vendrait ses terminaux en direct via iTunes, sa boutique en ligne… y compris les abonnements. Devenu en quelque sorte un opérateur mobile virtuel (MVNO) mondial, il serait également capable de gérer le passage d’un réseau d’opérateur à un autre en fonction des tarifs offerts par ces derniers. L’équipementier pourrait « porter » lui-même les numéros vers un autre fournisseur, à la demande de l’abonné. Une mise en concurrence que ne parviennent pas à réaliser aujourd’hui les MVNO, car changer d’opérateur nécessite de changer les cartes SIM.

Privés d’iPhone

Pour Gemalto, qui aimerait monter dans la chaîne de valeur, avoir moins d’usines mais prélever de plus en plus de revenus liés à sa propriété intellectuelle (brevets, licences), cette collaboration avec Apple serait une source de revenus récurrents. Le fabricant de cartes à puces français (mariage de Gemplus et d’Axalto) se fâcherait certes avec ses clients opérateurs en France. Mais il deviendrait une sorte de Qualcomm de la carte SIM -l’Américain prospère grâce à ses brevets sur la technologie de téléphonie mobile 3G.

Les opérateurs qui défilent en ce moment à Cupertino pour avoir le droit de subventionner et de distribuer l’iPad dans leur boutique craignent qu’Apple ne parvienne à ses fins. Ce n’est pas la première fois que le groupe californien tente de « désintermédier » les opérateurs : au tout début de l’iPhone, la firme avait même exigé un pourcentage sur les abonnements perçus par les opérateurs. Mais la situation a changé, et il n’existe apparemment aucune contre-indication réglementaire ou concurrentielle, en France, au système Apple-Gemalto. Si un opérateur craque et se plie aux volontés d’Apple -qui dispose de quelques moyens de pression avec ses 14 millions de ventes d’iPhone rien qu’au troisième trimestre, et le succès de son iPad -les autres auront beaucoup de mal à résister. Il suffirait de les menacer de ne pas avoir l’iPhone 5 en juin prochain, par exemple.

Pour l’instant, les opérateurs gardent le silence sur la révolution qui se prépare à Cupertino. SFR n’a pas souhaité commenter. Chez Orange, le ton est laconique : « Nous ne pouvons commenter, confirmer ou nier l’existence d’un tel projet et de façon plus générale les rumeurs sur une soft SIM. Nous considérons que le succès de l’iPhone est dû pour une large part au modèle de subventionnement par les opérateurs, ce que même Apple reconnaît. » A priori, Apple demanderait toutefois aux opérateurs de continuer à subventionner ses téléphones, au moins dans un premier temps. Dans un deuxième temps, la concurrence pourrait s’intensifier et la fidélité des abonnés diminuer, ce qui mettrait fin au modèle du subventionnement par l’opérateur. Ce dernier est de toute façon est une spécialité française qu’on ne retrouve pas dans d’autres pays et qui est appelé à s’estomper.

Quelle est la probabilité d’une telle révolution ? Rien ne dit que les géants européens des télécoms vont se laisser passer la bride sur le cou. Ils pourraient décider tous ensemble de tenir tête à Apple, un peu comme les trois opérateurs mobiles français qui résistent à l’envie de gagner de l’argent en offrant de l’itinérance 3G à Free Mobile. Apple représente peut-être un tiers des ventes brutes de mobiles d’Orange en France, mais les grands réseaux télécoms ont d’autres fers au feu : « Nous vendons de plus en plus d’Android, et Microsoft a une vision très différente du partenariat avec nous », tente de se rassurer un opérateur. Interrogé par « Les Echos », un équipementier mobile se réjouissait hier de l’intérêt nouveau que porteraient les opérateurs à ses téléphones pour ne plus subir de telles avanies de la part de Steve Jobs ! Mais à plus long terme, si ce dernier l’emportait, cela pourrait donner des idées à Nokia, Samsung, voire même à une chaîne de supermarché ou à une banque. Ce serait la fin du modèle économique actuel des opérateurs télécoms.

0 Réponses à “Apple prêt à concurrencer directement les opérateurs télécoms”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




John Cena |
DownPro |
melanie6415 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clash03
| PINODISCOUNT
| Les journalistes à Mascara