• Accueil
  • > Maroc
  • > Epargne : Les ménages investissent peu en Bourse

Epargne : Les ménages investissent peu en Bourse

Epargne : Les ménages investissent peu en Bourse dans Maroc 20110126-p-eco

A peine 0,5 % des ménages marocains investissent en Bourse

Dar Tawfir, filiale du groupe CFG, lance un plan d’épargne sur les actions en Bourse pour répondre aux besoins d’investissement.

Les ménages marocains invertissent peu en Bourse. Les chiffres sont édifiants. Selon les statistiques du CDVM (Conseil déontologique des valeurs mobilières), ils sont seulement 30.000 particuliers à avoir choisi d’investir en bourse, soit 0,5 % des ménages marocains. Cela représente à peine 5 % de la capitalisation boursière de Casablanca.

Ces chiffres restent donc très faibles comparés à ceux d’un pays comme la France où pas moins de 20 % des familles fran-çaises ont un portefeuille boursier. Pourtant, les observateurs affirment que l’intérêt des personnes physiques pour la bourse existe bel et bien dans le Royaume. Ainsi, les particuliers dans la place boursière casablancaise représentent 18 % des volumes d’échanges. Seul bémol, la majorité des placements réalisés par cette catégorie d’investisseurs se font sur le court terme.

Mais ces points faibles, les entreprises financières marocaines veulent en faire une niche à très grand potentiel. En témoigne le nombre des offres commercialisées ces dernières semaines.
La dernière en date est celle de Dar Tawfir, qui vient de lancer un plan d’épargne investi sur le marché des actions. La filiale de CFG Group a baptisé ce plan PEA CFG free actions. Selon les managers de l’entreprise financière, le lancement de ce plan intervient dans une conjoncture où l’épargne nationale n’arrive plus à financer avec aisance les besoins d’investissement. «Cette décision est corollaire à notre analyse qui aboutit au caractère important du PEA comme instrument permettant de mobiliser de l’épargne longue via l’augmentation du taux de pénétration de l’investissement boursier auprès des ménages», expliquent-ils.

Outre l’exonération sur les produits des actions, prévue par la loi et donc possible dans toutes les offres des opérateurs sur le marché, Dar Tawfir mise sur la gratuité des prestations liées à la gestion du compte du client pour attirer plus d’investisseurs potentiels. «Nous n’avons pas opté pour la commercialisation de nos offres dans le cadre de packages peu flexibles. Au contraire, nous avons décidé de proposer des portefeuilles à la carte ou sur mesure selon le profil et les besoins du client qui demeure libre d’investir en direct ou à travers les OPCVM», affirme ce responsable de Dar Tawfir qui compte s’appuyer également sur sa plateforme technologique pour séduire les clients. En effet, les responsables de l’entité financière affirment que les investisseurs pour¬ront gérer leur PEA via Internet ou sur Smartphone.

Les ménages marocains vont-ils suivre ? Sera-t-il facile de les séduire ? L’offre de cette filiale financière, tout comme les autres offres des banques, peuvent être différentes les unes des autres, mais elles ont des objectifs quelque peu similaires dans la mesure où elles visent à développer une nouvelle catégorie d’investisseurs stables avec des horizons de placement à moyen et long terme. Le Maroc s’est engagé dans de grands chantiers à travers l’injection de sommes importantes. Or le marché des investissements doit être contrebalancé par celui de l’épargne.

Ce dernier est dominé par les institutionnels, notamment les caisses de retraite. Pour leur part, les particuliers ne suivent pas toujours ou, du moins, pas à la même vitesse, ce qui peut limiter la cadence des investissements. Le pays peut, dans ce genre de cas, avoir recours à l’épargne étrangère, mais aujourd’hui la pérennité des grands investissements a besoin de la mobilisation de l’épargne des particuliers à moyen et long terme.

Exonération fiscale

Les textes en vigueur permettent actuellement aux investisseurs de placer leur argent en bourse sans pour autant payer des impôts. Cependant, le montant investi est fixé à un plafond de 600.000 dirhams. Autrement, un particulier peut placer en bourse jusqu’à 60 millions de centimes sans que cette somme soit soumise à impôts. En effet, tant que l’argent est placé en bourse, aucun impôt ne sera payé mais dès que l’investisseur décide de retirer son argent, l’exonération devient nulle. Par ailleurs, la loi autorise les personnes physiques à avoir un seul compte PEA. Dès l’ouverture d’un compte, le client signe un engagement sur l’honneur. Le contrôle sera effectué par le fisc.

0 Réponses à “Epargne : Les ménages investissent peu en Bourse”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




John Cena |
DownPro |
melanie6415 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clash03
| PINODISCOUNT
| Les journalistes à Mascara