Archive pour la Catégorie 'Economie'

Page 5 sur 9

Echanges commerciaux : Un déficit de 51,30 MMDH

Echanges commerciaux : Un déficit de 51,30 MMDH dans Conjoncture Economique 20100804-p-EXPORT

Au terme des six premiers mois de l’année, les exportations de phosphates et dérivés ont atteint 15,6 MMDH contre 8,8 MMDH à fin juin 2009.

Les exportations de phosphates et dérivés du Maroc se sont inscrites en hausse de 78,4% à fin juin de l’année en cours, pour s’établir à quelque 15,6 milliards de dirhams (MMDH), contre 8,8 MMDH une année auparavant. Selon l’Office des changes, les ventes des phosphates se sont établies ainsi à 3,9 MMDH au terme du 1er semestre 2010, contre 3,14 MMDH à fin juin 2009, en hausse de 25,6%.

Comparativement à fin juin 2008, les ventes de phosphates ont baissé de 47% et ont augmenté de 42,6% par rapport à fin juin 2007. Concernant les exportations d’acide phosphorique, elles ont augmenté de 81,9% pour atteindre 6,6 MMDH contre 3,63 MMDH à fin juin 2009, pour un volume également en hausse de 77,9%, alors que le prix moyen à l’exportation a atteint 5.367 DH/T contre 5.251 DH/T. Les exportations d’acide phosphorique se sont inscrites en baisse de 43,2% par rapport à fin juin 2008 et ont progressé de 71% par rapport à fin juin 2007. Au début de 2010, les prix du phosphate et de ses dérivés ont connu un retournement à la hausse, en réaction au développement, plus rapide qu’attendu, de la demande mondiale des engrais phosphatés.
Lire la suite de ‘Echanges commerciaux : Un déficit de 51,30 MMDH’

MRE : Pourvoyeurs de devises ou investisseurs ?

  • 75% des transferts des Marocains résidant à l’étranger sont destinés aux aides sociales de leur famille. 

Le temps des MRE pourvoyeurs de devises et grands investisseurs connaît-il sa fin ?». C’est le thème qui a été débattu hier à Casablanca lors d’une rencontre organisée par le Club Entreprendre. 

D’abord, il faut lever la nuance. Parler de pourvoyeurs de fonds oui mais pas de grands investisseurs. Et pour cause, 75% des transferts des Marocains résidant à l’étranger sont destinés aux aides sociales de leur famille. A lui seul, ce pourcentage en dit long sur une des politiques épineuses, à savoir celle de l’immigration. Ensuite et pour entrer dans le vif du sujet le temps des MRE grands investisseurs pourrait connaître sa fin mais pas celui des pourvoyeurs de devises. Pour la simple raison que la pauvreté et l’exclusion sociale atteignent encore des seuils inacceptables au vu de la vitesse avec laquelle roule l’économie nationale ces dernières années. Là encore nous sommes devant une problématique très sensible, qui n’est rien d’autre que la répartition des revenus. 

Lire la suite de ‘MRE : Pourvoyeurs de devises ou investisseurs ?’

Croissance en 2010 : Le CMC table sur un taux de 2,8%

Croissance en 2010 : Le CMC table sur un taux de 2,8% dans Conjoncture Economique 080710_p_Croissance

La crise budgétaire et monétaire que traversent des pays européens, viendrait s’ajouter à la liste d’incertitudes et de freins qui empêcheraient l’activité économique nationale, du moins pour l’exercice en cours, de retrouver le chemin d’une forte et prometteuse relance.

La croissance de l’économie marocaine risquerait de ne pas être au rendez-vous en 2010. Les dernières prévisions réalisées par le Centre Marocain de Conjoncture (CMC) font ressortir une évolution modérée du produit intérieur brut de l’ordre de 2,8% en termes réels, contre 4,9% en 2009.
Au moins quatre facteurs explicatifs ont été mis en exergue par le président du CMC, Habib El Malki, lors d’un point de presse tenu mardi dernier. Le premier est l’effet décalé de la crise mondiale. Il se trouve que «le Maroc se heurte en 2010 de manière frontale et directe à la crise, par rapport à 2009». Chose qui confirme, selon H. El Malki, les analyses faites en octobre 2008 par CMC, tablant sur un manque à gagner de l’ordre de 1,5 à 2 points de croissance.
Lire la suite de ‘Croissance en 2010 : Le CMC table sur un taux de 2,8%’

Maroc : L’industrie tire la croissance

Maroc : L’industrie tire la croissance dans Conjoncture Economique agriculture 

Le HCP fait état d’une progression du PIB hors agriculture de 5,4% durant le 1er trimestre 2010.

Les signes de reprise de l’activité économique nationale commencent à se manifester, bien que timidement. Dans sa dernière note sur les comptes nationaux du premier trimestre 2010, le Haut commissariat au plan HCP fait état d’une progression du PIB hors agriculture de 5,4% contre une baisse de 1,5% à la même période de l’année précédente. Cette tendance à la hausse a permis en quelque sorte de contrebalancer les contreperformances de la valeur ajoutée agricole, qui a enregistré une contraction de 8,6% au lieu d’un bond de 30,7% le même trimestre 2009, en lien avec le niveau important et surtout régulier des précipitations.

«Globalement, le PIB en volume a marqué un taux de croissance de 3,5% au cours du premier trimestre 2010  contre 2,2% une année plus tôt. A prix courants, iI a crû de 2,9%, soit une baisse du niveau général des prix de 0,6%. Cette baisse s’explique notamment par  la diminution des prix des exportations (-14%), par la quasi-stabilité des prix à la consommation (0,2%) et par l’augmentation des prix des importations de 1,7%», peut-on lire.

Lire la suite de ‘Maroc : L’industrie tire la croissance’

Croissance économique : Perspectives relativement bonnes

 Croissance économique : Perspectives relativement bonnes  dans Conjoncture Economique 20100624-p-Perspectives 
L’économie marocaine a affiché une bonne résilience face aux effets de la crise, avec des perspectives de croissance relativement bonnes en 2010 et 2011, a affirmé, mercredi à Rabat, le ministre de l’Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar.

S’exprimant lors de la 11e réunion du Comité de veille stratégique (CVS), le ministre a cependant indiqué que cette crise a révélé, voire, a accentué des fragilités structurelles liées à une diversification insuffisante des moteurs d’exportation, à une fragilité potentielle de certains moteurs domestiques, dans un contexte marqué par des marges de manoeuvre de plus en plus restreintes des finances publiques, indique un communiqué du ministère.

Des points de vigilance en relation avec la volatilité de la parité euro/dollar, le ralentissement des moteurs d’exportation dans un contexte européen difficile et avec la détérioration de la balance courante, interpellent une vigilance et un suivi plus soutenus, ajoute la même source. La présentation du dispositif du monitoring relatif à l’évolution des conjonctures sectorielles a conforté les signes de reprise au niveau de l’ensemble des secteurs concernés (automobile, composants électroniques, tourisme, OCP et transferts des MRE) à l’exception du secteur textile habillement et l’aéronautique, a noté le ministre.

Lire la suite de ‘Croissance économique : Perspectives relativement bonnes’

C’est parti pour l’autoroute Marrakech-Agadir !

Photos ADM 1 copie

Le prince Moulay Rachid a présidé  hier, dans la commune de M’zoudia (province de Chichaoua), l’inauguration de l’autoroute Marrakech-Agadir. D’une longueur de 225 km, cet  axe routier facilitera l’interconnexion de la zone sud aux principaux pôles économiques du pays ainsi que l’Europe. Economiquement parlant, il contribuera largement à la réduction des coûts de transport par le biais des économies de temps qu’il entraînera. Cet axe va raccourcir la durée du trajet d’une moyenne de 2 heures approximativement puisque la longueur de la Route nationale est de l’ordre de 273 km. Plus globalement, le temps du trajet Tanger- Agadir, qui nécessitait auparavant plus de 14 heures, est désormais réduit de moitié, est-il souligné. Il permettra également le désenclavement  de ces régions, en améliorant les conditions socioéconomiques des populations, et en favorisant le développement du secteur touristique et des activités agricoles, l’accompagnement des aménagements industriels, l’augmentation des exportations à travers le renforcement des échanges commerciaux avec l’Europe, et l’attractivité des investissements étrangers.

Lire la suite de ‘C’est parti pour l’autoroute Marrakech-Agadir !’

HCP 4,9% de croissance en 2009

Le taux de croissance provisoire du PIB hors agriculture est passé de 4,2% en 2008 à 1,4% en 2009.

HCP 4,9% de croissance en 2009 dans Conjoncture Economique marjane-copieLa croissance économique continue à être tirée par la demande finale intérieure. La contribution de cette dernière y a été, cependant, de 6,8 points en 2009, inférieure à celle de 2008, qui a été de 8,5 points», précise le HCP dans sa dernière note d’information relative aux comptes nationaux provisoires de l’année 2009. Dans cette note, le HCP souligne qu’à fin 2009, l’économie marocaine a marqué un taux de croissance de 4,9% contre 5,6% en 2008. D’une part, cette évolution est le résultat de la hausse de 30,6% en volume de la valeur ajoutée du secteur agricole (hors  pêche) au lieu de 16,3% en 2008.

D’autre part, elle est due à l’augmentation de 1% de la valeur ajoutée des autres secteurs d’activité et à la hausse de 4,6% en volume des impôts nets des subventions affectant les produits. Ainsi, le taux de croissance du PIB hors agriculture est passé de 4,2% en 2008 à 1,4% en 2009. Par ailleurs, la consommation finale des ménages et la FBCF (formation brute de capital fixe) auraient subi un relâchement, selon la note du HCP. En effet, les dépenses de consommation finale des ménages ont augmenté en volume de 4% après 6% en 2008, contribuant ainsi de 2,3 points à la croissance du PIB. En revanche, la consommation finale publique a enregistré une hausse plus importante, passant 4,8% en 2008 à 11,2% e 2009.

Lire la suite de ‘HCP 4,9% de croissance en 2009′

Conjoncture : Une demande intérieure plutôt frileuse

 Conjoncture : Une demande intérieure plutôt frileuse dans Conjoncture Economique 20100531-p-1467018

Pour l’année en cours, la consommation privée subirait le relâchement des activités agricoles et son impact sur la distribution des revenus.

Après avoir maintenu une certaine et relative vitesse de croisière, certains moteurs de la demande intérieure risquent de tourner au ralenti. A commencer par la FBCF (Formation brute du capital fixe) qui, malgré le redressement enclenché au quatrième trimestre 2009, resterait conditionnée par le comportement attendu des activités secondaires et de la demande mondiale adressée au Maroc

Selon les conjoncturistes du HCP, «son évolution tarderait à retrouver sa dynamique au début de l’année en cours, du fait du démarrage encore frileux de l’investissement en bâtiment». Il faut dire que cet indicateur a, quelque peu, pâti des intempéries et des inondations ayant touché certaines régions du Royaume.
Les ventes de ciment ont fléchi de 2,1% à fin mars, tandis que les crédits immobiliers ont vu leur rythme atteindre 11,9% au premier trimestre 2010, contre 24,9% une année plus tôt. De son côté, la croissance de l’investissement industriel est restée modérée, en raison des perspectives d’activités modestes chez les principaux clients du Maroc (Espagne et France) et des capacités productives relativement sous-utilisées.

Lire la suite de ‘Conjoncture : Une demande intérieure plutôt frileuse’

Commerce Exterieur : Le déficit de la balance commerciale se creuse

Commerce Exterieur : Le déficit de la balance commerciale se creuse dans Conjoncture Economique 20100602-p-Port-Casa

La facture pétrolière a grimpé de 40,5% à fin avril 2010.

A fin avril 2010, le déficit de la balance commerciale se creuse davantage de 15% par rapport à la même période de l’année dernière.
Cette évolution s’impute à la progression de 12,6% des importations, plus importante que celle de 9,7% des exportations. Le taux de couverture, lui, s’est ainsi dégradé à 43,2% contre 44,4% une année plutôt.

L’accroissement des exportations établies à 40.451,9MDH est essentiellement le fait des demi-produits (+83%) et produits bruts qui ont enregistré des expansions tandis que les autres groupements d’utilisation se sont inscrits en recul.
Plus en détail, cette amélioration a pour origine l’expansion des ventes de dérivés de phosphates tant en poids qu’en valeur. Les exportations de l’acide phosphorique ont grimpé de 78,6% pour un volume en hausse de 413,8mt (771,9mt contre 358,1mt). Le prix moyen à l’exportation s’est situé à 4.939DH/T contre 5.960DH/T. Quant aux exportations des engrais naturels et chimiques, elles ont gagné 1.667,1MDH sur une année pour un volume en hausse de 553,7mt (884,4mt contre 330,7mt). Ainsi, le prix moyen à l’exportation a reculé à 3.094DH/T contre 3.233DH/T. Reste à souligner que les demi-produits se hissent au premier rang parmi les groupes de produits à l’exportation avec une part de 33,2% contre 19,9% à fin avril 2009.

Lire la suite de ‘Commerce Exterieur : Le déficit de la balance commerciale se creuse’

PT reçoit une offre améliorée de Telefonica pour Vivo

PT reçoit une offre améliorée de Telefonica pour Vivo dans Economie 

LISBONNE (Reuters) – Portugal Telecom (PT) a reçu de la part de Telefonica une offre améliorée, représentant environ 6,5 milliards d’euros, pour sa participation dans l’opérateur brésilien Vivo, ont dit deux sources proches du dossier.

L’une des deux sources a dit à Reuters que le conseil de PT tenait une réunion extraordinaire pour discuter de cette nouvelle offre du groupe espagnol, ajoutant qu’une assemblée générale des actionnaires allait vraisemblablement être convoquée pour évaluer l’offre.

Le mois dernier, Telefonica a proposé 5,7 milliards à PT pour le rachat de sa part dans Vivo, le premier opérateur mobile au Brésil. PT avait rejeté cette proposition.

« Le conseil devrait décider de soumettre cette nouvelle offre à une assemblée d’actionnaires parce que le prix offert est au-dessus de celui qui avait proposé initialement », a dit l’une des sources, s’exprimant sous le sceau de l’anonymat.

Lire la suite de ‘PT reçoit une offre améliorée de Telefonica pour Vivo’

1...34567...9



John Cena |
DownPro |
melanie6415 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clash03
| PINODISCOUNT
| Les journalistes à Mascara