Archive pour la Catégorie 'Economie'

Page 9 sur 9

Le Maroc, 3ème meilleure destination des investissements étrangers directs en Afrique

fdiintelligencelogo.jpgLe journal Finacial Times, à travers sa filiale FDI Intelligence, a publié récemment a publié récemment une étude sur les meilleurs destinations des investissements étrangers en Afrique mettant le Maroc en troisième position derrière l’Afrique du sud et l’Egypte.

L’étude couvrant 59 pays africains, analyse la situation dans ces pays prenant en compte les résultats dans des catégories comme le potentiel économique, les ressources humaines, la qualité de vie, les infrastructures, l’ouverture économique et la stratégie des investissements.

Pour le Maroc l’étude souligne que le Maroc a réalisé de bons résultats dans plusieurs catégories dont celles des infrastructures, de la stratégie en matière d’investissements étrangers directs et du potentiel économique.

Les MRE, des acteurs agissants dans le processus de développement du Maroc

null
Le ministre délégué chargé de la communauté marocaine résidant à l’étranger, M. Mohamed Ameur, a mis en avant, samedi à Casablanca, le rôle fondamental des expatriés marocains dans le développement du pays.

Intervenant en ouverture d’un séminaire sur le thème  »Migrations marocaines, enjeux et perspectives », organisé à l’initiative de l’association Al Wasl basée en France.

En partenariat avec son département et le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME), le ministre a indiqué que le rôle que jouent les MRE mérite une reconnaissance conséquente et davantage d’égards en leur faveur.

Il a, à ce propos, souligné que toute politique en matière de gestion de l’immigration se doit de répondre à un nombre de défis, cinq au total, à commencer, a-t-il dit, par la conciliation entre l’intégration des MRE dans les pays d’accueil et la préservation du cordon ombilical qui les lient à leur pays.

Il s’agit, en deuxième lieu, de créer les conditions favorables à l’investissement en faveur des MRE, surtout dans les secteurs de l’agriculture, l’Offshoring et le tourisme, qui attirent le plus la nouvelle génération, a affirmé le ministre avant d’ajouter que cette politique se doit aussi, en troisième lieu, de réfléchir sur les moyens de tirer profit des immenses compétences et potentialités accumulées par les MRE dans leur labeur et parcours à l’étranger.

En quatrième lieu, le ministre a insisté sur le devoir des MRE d’œuvrer au resserrement des relations entre le Maroc et les pays d’accueil, une sorte de diplomatie parallèle, a-t-il souligné, avant d’évoquer le cinquième défi relatif à la réflexion sur un concept qui permet aux MRE de participer à la vie politique dans leur pays d’origine.

Les autres intervenants à ce séminaire organisé aussi en partenariat avec le quotidien Al Itihad Al Ichtiraki et d’associations de migrants marocains à l’étranger, ont, tour à tour, jeté des éclairages sur les différentes politiques en matière d’immigration en vigueur dans les pays européens qui accueillent plus de 20 millions d’immigrés, toutes nationalités confondues.

Ils ont aussi évoqué la nouvelle donne posée par la vague des immigrés en provenance des pays de l’ancienne Europe de l’Est, qui a poussé les pays européens d’accueil à durcir leurs politiques et à opter pour une immigration sélective avec en premier l’exigence de la qualification et de la compétence pour les prétendants à la précieuse et très convoitée carte de séjour.

Ils ont également fait état des enjeux actuels et les défis futurs engendrés par les migrations marocaines, des enjeux qui subissent des modifications majeures dans la conjoncture actuelle marquée par la récession mondiale avec ses conséquences directes sur le volume des transferts et un impact négatif aux niveaux macro et micro-économiques.

Face à cette nouvelle donne, les intervenants, tout en jugeant nécessaires les mesures et mécanismes d’accompagnement pour faire face à la crise, ont cependant estimé qu’il ne s’agit pas de figer le débat uniquement sur ce nécessaire accompagnement, puisque cette démarche, ont-ils soutenu, risque de reproduire le schéma classique qui réduit les Marocains du monde à cette dimension économique fortement réductrice de leur valeur ajoutée en tant que citoyens à part entière.

Et de plaider pour la recherche de nouvelles pistes et d’actions dans les années à venir face aux mutations actuelles du phénomène de l’immigration et aussi face à un monde en perpétuel chamboulement, appelant notamment à axer la réflexion sur la nature des nouveaux migrants, l’évolution des sociétés d’accueil et la portée des politiques publiques mises en œuvre, autant de nouvelles réalités, ont-ils souligné, qui font apparaître de nouveaux défis sur les plans économique, scientifique, social, politique ou encore éducatif.

D’où pour eux, l’importance de ce séminaire qui a permis de dégager les axes d’une réflexion novatrice associant les acteurs de terrain, les chercheurs et les décideurs politiques.

MAP

La croissance économique au Maroc de moins en moins déterminée par l’agriculture (HCP)

Lahlimi
Casablanca, 07/08/09- Le Maroc a enregistré lors de la dernière décennie une croissance soutenue moins dépendante des variations de la production agricole et davantage tirée par les services et le secteur du BTP, relève le Haut Commissariat au Plan (HCP).
Dans sa nouvelle publication « Croissance et développement humain au Maroc, Repères statistiques 1998-2008″, éditée à l’occasion du 10ème anniversaire de l’intronisation de SM le Roi Mohammed VI, le HCP note que la croissance du PIB hors agriculture et pêche est passé de 3 pc durant la période 1990-1998 à 4,8 pc lors de la décennie 1998-2008.
La part des services dans le PIB a gagné 4 points lors de la même période contre 1,7 point entre 1990 et 1998, ajoute-t-il.
De même, la part du BTP a gagné 1,8 pc contre une baisse de 0,7, alors que l’agriculture en a perdu 4,7 points contre une hausse de 1,1 point.
Globalement, le taux de croissance du PIB au Maroc s’est accru ces dix dernières années d’un tiers, passant de 3,3 pc entre 1990 et 1998 à 4,3 pc durant la période 1998-2008, selon le HCP.
Dans sa quantification de la contribution des agents économiques à la richesse, le HCP relève que la part des sociétés financières et non financières a augmenté de 5,4 points, en l’espace de neuf ans, celle des administrations publiques de 1,3 point, alors que celle des ménages (y compris les entreprises individuelles) a baissé de 6 points.
La même source souligne aussi que l’investissement est de plus en plus privilégié dans l’affectation des ressources nationales, notant une quasi-stabilité des dépenses de consommation finale durant la période 1998-2008, une augmentation de 10 points dans l’investissement et une accentuation d’environ 10 points du déficit extérieur de biens et services.
Le HCP fait état d’un effort d’investissement soutenu depuis 2001, une contribution de plus en plus importante des entreprises du secteur organisé à l’effort d’investissement et un poids croissant du BTP et des produits industriels dans l’investissement.
Concernant les équilibres macro-économiques, le HCP fait état d’une croissance bénéficiant d’une maîtrise des équilibres fondamentaux mais qui se trouve cependant fragilisée par le déficit des comptes extérieurs.
Il note, dans ce cadre, que la Balance des paiements jadis excédentaire de 1,5 pc en moyenne jusqu’en 2006, est de plus en plus déficitaire depuis 2007 (0,1 pc en 2007 et 5,4 pc en 2008), alors que le Budget Général, déficitaire de 2,6 pc en moyenne annuelle jusqu’en 2006, est devenu en revanche excédentaire depuis 2007.
Quant à l’inflation, elle a été maintenue à 1,9 pc par an entre 1998 et 2008 contre 4,9 pc entre 1989 et 1998, alors que la dette publique est en baisse tendancielle pour se situer au-dessous de 60 pc du PIB en 2008.
« Croissance et développement humain au Maroc, Repères statistiques 1998-2008″ est une synthèse statistique décennale qui englobe les multiples publications annuelles et infra-annuelles livrées régulièrement sur différents thèmes par le HCP.

Source : Map

1...56789



John Cena |
DownPro |
melanie6415 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clash03
| PINODISCOUNT
| Les journalistes à Mascara