Archive pour la Catégorie 'Maroc'

Page 4 sur 9

Croissance économique : Perspectives relativement bonnes

 Croissance économique : Perspectives relativement bonnes  dans Conjoncture Economique 20100624-p-Perspectives 
L’économie marocaine a affiché une bonne résilience face aux effets de la crise, avec des perspectives de croissance relativement bonnes en 2010 et 2011, a affirmé, mercredi à Rabat, le ministre de l’Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar.

S’exprimant lors de la 11e réunion du Comité de veille stratégique (CVS), le ministre a cependant indiqué que cette crise a révélé, voire, a accentué des fragilités structurelles liées à une diversification insuffisante des moteurs d’exportation, à une fragilité potentielle de certains moteurs domestiques, dans un contexte marqué par des marges de manoeuvre de plus en plus restreintes des finances publiques, indique un communiqué du ministère.

Des points de vigilance en relation avec la volatilité de la parité euro/dollar, le ralentissement des moteurs d’exportation dans un contexte européen difficile et avec la détérioration de la balance courante, interpellent une vigilance et un suivi plus soutenus, ajoute la même source. La présentation du dispositif du monitoring relatif à l’évolution des conjonctures sectorielles a conforté les signes de reprise au niveau de l’ensemble des secteurs concernés (automobile, composants électroniques, tourisme, OCP et transferts des MRE) à l’exception du secteur textile habillement et l’aéronautique, a noté le ministre.

Lire la suite de ‘Croissance économique : Perspectives relativement bonnes’

C’est parti pour l’autoroute Marrakech-Agadir !

Photos ADM 1 copie

Le prince Moulay Rachid a présidé  hier, dans la commune de M’zoudia (province de Chichaoua), l’inauguration de l’autoroute Marrakech-Agadir. D’une longueur de 225 km, cet  axe routier facilitera l’interconnexion de la zone sud aux principaux pôles économiques du pays ainsi que l’Europe. Economiquement parlant, il contribuera largement à la réduction des coûts de transport par le biais des économies de temps qu’il entraînera. Cet axe va raccourcir la durée du trajet d’une moyenne de 2 heures approximativement puisque la longueur de la Route nationale est de l’ordre de 273 km. Plus globalement, le temps du trajet Tanger- Agadir, qui nécessitait auparavant plus de 14 heures, est désormais réduit de moitié, est-il souligné. Il permettra également le désenclavement  de ces régions, en améliorant les conditions socioéconomiques des populations, et en favorisant le développement du secteur touristique et des activités agricoles, l’accompagnement des aménagements industriels, l’augmentation des exportations à travers le renforcement des échanges commerciaux avec l’Europe, et l’attractivité des investissements étrangers.

Lire la suite de ‘C’est parti pour l’autoroute Marrakech-Agadir !’

Conjoncture : Une demande intérieure plutôt frileuse

 Conjoncture : Une demande intérieure plutôt frileuse dans Conjoncture Economique 20100531-p-1467018

Pour l’année en cours, la consommation privée subirait le relâchement des activités agricoles et son impact sur la distribution des revenus.

Après avoir maintenu une certaine et relative vitesse de croisière, certains moteurs de la demande intérieure risquent de tourner au ralenti. A commencer par la FBCF (Formation brute du capital fixe) qui, malgré le redressement enclenché au quatrième trimestre 2009, resterait conditionnée par le comportement attendu des activités secondaires et de la demande mondiale adressée au Maroc

Selon les conjoncturistes du HCP, «son évolution tarderait à retrouver sa dynamique au début de l’année en cours, du fait du démarrage encore frileux de l’investissement en bâtiment». Il faut dire que cet indicateur a, quelque peu, pâti des intempéries et des inondations ayant touché certaines régions du Royaume.
Les ventes de ciment ont fléchi de 2,1% à fin mars, tandis que les crédits immobiliers ont vu leur rythme atteindre 11,9% au premier trimestre 2010, contre 24,9% une année plus tôt. De son côté, la croissance de l’investissement industriel est restée modérée, en raison des perspectives d’activités modestes chez les principaux clients du Maroc (Espagne et France) et des capacités productives relativement sous-utilisées.

Lire la suite de ‘Conjoncture : Une demande intérieure plutôt frileuse’

Commerce Exterieur : Le déficit de la balance commerciale se creuse

Commerce Exterieur : Le déficit de la balance commerciale se creuse dans Conjoncture Economique 20100602-p-Port-Casa

La facture pétrolière a grimpé de 40,5% à fin avril 2010.

A fin avril 2010, le déficit de la balance commerciale se creuse davantage de 15% par rapport à la même période de l’année dernière.
Cette évolution s’impute à la progression de 12,6% des importations, plus importante que celle de 9,7% des exportations. Le taux de couverture, lui, s’est ainsi dégradé à 43,2% contre 44,4% une année plutôt.

L’accroissement des exportations établies à 40.451,9MDH est essentiellement le fait des demi-produits (+83%) et produits bruts qui ont enregistré des expansions tandis que les autres groupements d’utilisation se sont inscrits en recul.
Plus en détail, cette amélioration a pour origine l’expansion des ventes de dérivés de phosphates tant en poids qu’en valeur. Les exportations de l’acide phosphorique ont grimpé de 78,6% pour un volume en hausse de 413,8mt (771,9mt contre 358,1mt). Le prix moyen à l’exportation s’est situé à 4.939DH/T contre 5.960DH/T. Quant aux exportations des engrais naturels et chimiques, elles ont gagné 1.667,1MDH sur une année pour un volume en hausse de 553,7mt (884,4mt contre 330,7mt). Ainsi, le prix moyen à l’exportation a reculé à 3.094DH/T contre 3.233DH/T. Reste à souligner que les demi-produits se hissent au premier rang parmi les groupes de produits à l’exportation avec une part de 33,2% contre 19,9% à fin avril 2009.

Lire la suite de ‘Commerce Exterieur : Le déficit de la balance commerciale se creuse’

Conjoncture économique en 2010 : La croissance marquerait le pas

L’économie nationale souffre de certaines fragilités que la crise internationale risque d’exacerber à court terme. Des inquiétudes persistent sur l’équilibre de la balance commerciale, la compétitivité des exportations ainsi que leur forte concentration à destination des marchés européens.

Conjoncture économique en 2010 : La croissance marquerait le pas dans Conjoncture Economique 280510_p_Conjoncture«Les performances économiques du Maroc sont restées bonnes en 2009, malgré la mauvaise conjoncture internationale. L’instabilité des marchés financiers, la flambée du prix du pétrole et l’essoufflement des grands partenaires commerciaux ont d’abord fait redouter le pire». Pourtant, et selon les «Perspectives économiques en Afrique» (PEA), «les fondamentaux sont restés stables, témoignant d’une meilleure résistance face aux chocs externes». La croissance du produit intérieur brut (PIB) s’est élevée à 5 % en 2009, soutenue par une campagne agricole exceptionnelle, une demande interne vigoureuse et des mesures de soutien à l’économie. Ces dernières ont été mises en place pour contrecarrer les effets de la crise, ressentis dès le deuxième trimestre 2008.

Lire la suite de ‘Conjoncture économique en 2010 : La croissance marquerait le pas’

Qualité de vie : Le Maroc, élève passable

Classé 116e dans l’indice de la qualité de vie 2010, le Maroc perd 11 places par rapport à l’année dernière. 

Qualité de vie : Le Maroc, élève passable dans Economie Fruits-%C3%A9-l%C3%A9gumesUn rapport américain sur la qualité de vie dans le monde vient d’accorder au Maroc une note de 54 sur 100. Le document, intitulé «Quality of life Inde» est réalisé par le magazine américain «International Living», observateur de la qualité de vie dans le monde. Sur 194 pays, le Maroc pointe à la 116e place pour l’édition 2010, perdant 11 rangs dans le classement général par rapport à l’année dernière. Au niveau arabe, le royaume se rattrape et figure parmi les 5 premiers pays en matière de qualité de vie. La Tunisie arrive en tête des pays arabes avec un score total de 59 points sur 100, suivie respectivement de la Jordanie, du Koweït (55 points) et du Liban qui a le même score que nous. Dans le classement général, le Maroc devance plusieurs pays arabes comme l’Algérie (146e), la Libye (157e), l’Egypte (135e) et le Qatar (124e). 

Lire la suite de ‘Qualité de vie : Le Maroc, élève passable’

Conjoncture : Le HCP rassure pour ce deuxième trimestre 2010

 Les pronostics pour le deuxième trimestre 2010 font état d’une tendance haussière pour toutes les activités.

Conjoncture : Le HCP rassure pour ce deuxième trimestre 2010 dans Conjoncture Economique Usine-OuvrierCe secteur resterait et de loin, le seul à créer de nouveaux emplois durant le deuxième trimestre. Le rythme de croissance

Le Haut commissariat au plan (HCP) vient de rendre publics les résultats de son enquête de conjoncture. Il en ressort ainsi que les pronostics pour le deuxième trimestre 2010 font état d’une tendance haussière de l’activité du secteur du BTP. En effet, 61 % des patrons pronostiquent  une hausse, 30% une stabilité et seulement 9 % une baisse.

Ce secteur resterait et de loin, le seul à créer de nouveaux emplois durant le deuxième trimestre. Le rythme de croissance des effectifs employés suivrait ainsi une trajectoire ascendante, selon les prévisions. S’agissant du secteur manufacturier, les chefs d’entreprises prévoient également une tendance à la hausse de l’activité. «Cette amélioration concernerait principalement les activités des industries agro-alimentaires, des produits de la chimie et de la parachimie et des produits issus de la transformation des minéraux de carrière», note le HCP. En termes d’emploi, la quasi-stabilité demeurerait la règle. Par contre,  au niveau des secteurs de l’énergie et des mines, les chefs d’entreprise s’attendent à un fléchissement des effectifs employés. Cela ne veut pas dire que l’activité serait un repli. Une «nette amélioration de la production» est prévue. Les enquêteurs expliquent cette situation par une appréciation conjuguée de la production des «minerais métalliques» et de celle des «minéraux non métalliques» pour le secteur des mines et par une progression des activités du «pétrole raffiné» et de l’«électricité» pour le secteur de l’énergie.

Lire la suite de ‘Conjoncture : Le HCP rassure pour ce deuxième trimestre 2010′

L’évolution de la conjoncture contrarie les prévisions : Un bilan trimestriel peu encourageant

L’évolution de la conjoncture contrarie les prévisions : Un bilan trimestriel peu encourageant  dans Conjoncture EconomiqueL’économie nationale commence à montrer des signes de fatigue. La reprise tant attendue en 2010 se fait toujours attendre. A l’exception de la Bourse qui flambe, la morosité plane partout : le chômage grimpe, la consommation intérieure décélère, la balance commerciale se détériore… Est-ce vraiment grave ?
Même si globalement la situation ne prête pas au pessimisme, c’est le rythme de dégradation des fondamentaux qui laisse perplexe. Le HCP annonce une augmentation du chômage et une baisse de l’inflation. La DEPF constate, pour sa part, que les revenus fiscaux engrangés n’atteignent pas les niveaux souhaités et que, pour la première fois depuis deux ans, le solde budgétaire s’affiche déficitaire !

Lire la suite de ‘L’évolution de la conjoncture contrarie les prévisions : Un bilan trimestriel peu encourageant’

La facture énergétique plombe la balance commerciale

La facture énergétique plombe la balance commerciale dans Conjoncture Economique 180510_p_portsLes exportations de textile, impactées par un hiver plus froid et long, accusent une baisse de l’ordre de 32,2%

  

Méditel : Du rififi chez les distributeurs

Méditel : Du rififi chez les distributeurs dans INWI image_16314_05_2010_20_00_03

Après l’euphorie du lancement de Méditel où tout un chacun s’improvisait distributeur, des vendeurs agréés sont aujourd’hui au bord de l’asphyxie financière. Les responsabilités sont partagées, mais l’opérateur peut-il se payer le luxe d’une crise ? Comment sortir de l’impasse ? Point de vue des deux parties.

Malgré une décision favorable de l’Agence nationale de régulation (ANRT) au profit de Méditel et de ses distributeurs, des voix continuent de s’élever contre la politique qualifiée « d’autocratique » de l’opérateur. Dès sa création, Méditel a fait preuve d’un laxisme surprenant dans la gestion des créances à l’égard de ses distributeurs. Certains ont été tentés d’utiliser des fonds, qui ne leur appartenaient pas, à des fins autres que le développement de l’activité de Méditel. Une pratique classique mais dangereuse, si elle n’est pas cantonnée dans des proportions maîtrisées.

Au lieu d’arrêter, dès 2003, des plans de recouvrement draconiens, ou même de provisionner des créances, les gestionnaires de Méditel ont opté pour une croissance très risquée. La fuite en avant s’est alors accélérée, jusqu’au moment où il a fallu constater les dégâts, et agir. Selon des sources bien informées, 100 MDH auraient ainsi été provisionnés en 2009.

« En fait, nos problèmes datent du lancement raté du Fixe résidentiel et de la baisse des commissions sur les autres offres », affirme un distributeur sous couvert d’anonymat. Pour rappel, en 2006, Méditel avait lancé « Tilifoune dialdar », un pack prépayé dont la connexion est assurée via un réseau radio. « Un fiasco commercial qui a détérioré l’image de Méditel », assure un autre distributeur. En fait, ces derniers pensaient rééditer « le coup du lancement » en captant des marges plus importantes sur la vente des packs que sur celle des recharges et bénéficier, ainsi, d’un bol d’oxygène salutaire.

Lire la suite de ‘Méditel : Du rififi chez les distributeurs’

123456...9



John Cena |
DownPro |
melanie6415 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | clash03
| PINODISCOUNT
| Les journalistes à Mascara